jeudi 30 mai 2024

Dann in blue

 L'exposition des oeuvres du peintre Dann à Aigues-Mortes, est l'un des événements artistiques de ce mois de mai 2024, en petite Camargue. En effet, dans la superbe chapelle des Capucins,  lieu dévolu aux accrochages de toiles et installations de sculptures, l'artiste propose une belle déclinaison de  teintes autour de la couleur bleu. La mer, coléreuse, ou calme, s'y confond avec les nues, orageuses ou apaisées. 

Du bleu de Prusse, sa couleur de prédilection, il fait une réelle invention de tous les possibles: adaptation, extension, teinte dominante, ou partagée. La mise en espace des diverses toiles apporte aussi bien un apaisement,   qu' une invitation au parcours. La curiosité du spectateur mise en éveil, le peintre, à travers sa production,  le sollicite pour aller de l'avant, mais aussi pour s'attarder devant un tableau de son choix, afin d'en  approfondir la symbolique, le sens caché, ou celui que chacun veut bien lui attribuer. Car l'imaginaire est suggéré, tel un pas vers un paysage intérieur. Bien plus que le plaisir visuel, les cimaises offrent  une réalité chromatique pour alimenter le besoin du beau qui est en tout être. Jusqu'au 9 juin 2024, on peut aller s'immerger dans le monde pictural  de Dann.  


Pour en savoir plus/
Le site de l'artiste :

Free lance Writer
Culture  Art  Patrimoine 








lundi 27 mai 2024

Arrangeurs musicaux

 Que retient-on d'une chanson ? Le texte, la musique, le nom de l'interprète ? L'ambiance dégagée et le rythme qui fait bouger le corps, tout en vidant la tête des contraintes et soucis du moment ? 
Oui, c'est un peu tout cela ..
Souvent passés sous silence, le nom du compositeur, celui du parolier et celui de l'arrangeur, tombent dans l'oubli,  jusqu'au moment où  un écrivain  passionné de variétés, de musique,  va enquêter et rédiger un catalogue, ou une compilation anecdotique autour des chansons. Alors, à travers, les petites histoires, on va rappeler le nom de ceux qui ont fait d'une simple mélodie, un tube,  qui devient, par chance et goût du public, un succès interplanétaire. 
Qui sont donc les arrangeurs musicaux ? 
Ce sont des musiciens passionnés.  Certains sont compositeurs, d'autres sont également interprètes. 
Quelques grands  professionnels français:
Paul Mauriat, Yvan Cassar, Jean-Claude Petit, Gabriel Yared, Michel Legrand, Michel Colombier .... 
                                                               

Une formation solide
Après un baccalauréat + 2 en études musicales, il faut tenter, en 3e année, le Bachelor. Ce qui ouvrira un créneau vers une expérience pratique dans une entreprise professionnelle de la catégorie 
Le cursus spécialisé en son et musique est préférable, car le candidat est prétendu maîtriser  plusieurs disciplines : composition musicale (création de mélodies, d'atmosphères sonores...) , harmonie, superposition et agencement (des sons, des partitions instrumentales...) . Donc, théorie et concrétisation 
représentent, comme dans beaucoup de secteurs, la base du métier.  Souvent amené à travailler avec le compositeur de l'oeuvre, l'arrangeur est présent à toutes les étapes : mise en forme du morceau, enregistrement, contact avec l'interprète, avec l'orchestre, les musiciens... 
La polyvalence est une attitude d'esprit et de collaboration nécessaire à  la profession. 
Il est évident que le volet créatif prend toute son importance pour  faire la différence entre les professionnels. L'obtention d'un succès populaire est également à prendre en compte pour la suite d'une carrière. 
Pour en savoir plus:
 Se renseigner sur les sites des divers établissements de formation aux métiers de la musique.
Voir aussi les conservatoires régionaux et nationaux., les écoles spécialisées (en France et à l'étranger (dont certaines sont prestigieuses)) . 
Quelques morceaux, indéniables succès internationaux, devenus cultes: 
Variétés:
Musique de films: 
Musiques (spectacle , concerts) ) : 
Jean Michel Jarre Equinoxe 4 Paris La Defense - YouTube

Un indispensable savoir-faire:
Autour d'un thème mélodique,  il faut savoir choisir un "habillement" qui restitue , évoque, l'ambiance dès l'introduction. Dans le déroulement de l'oeuvre, il est judicieux d'insérer des chœurs, des rifs instrumentaux qui donnent une particularité, un "son" immédiatement reconnaissable, capable de représenter une carte d'identité qui rend le morceau unique.
Encore une fois, si le talent ouvre des perspectives, le travail en est l'incontournable étai. 



Free lance Writer
Culture  Art   Patrimoine 




mardi 14 mai 2024

Zadie Xa, artiste contemporaine

 L'artiste qui expose propose au public une entrée dans son monde. On accepte, et adhère à  cette invitation ou pas. Question de feeling, de goût personnel, et parfois de  connexion à l'époque ...  
 
L'artiste Zadie Xa,,  femme à l'élégante silhouette, évoque volontiers ses influences : l'attachement aux racines parentales, la créativité, l'imaginaire débordant, l'attraction envers une palette riche, et haute en teintes nuancées, en formes géométriques, ou souples.                                           
Si l'on décèle maintes influences, ou évocations, dans les œuvres de Zadie Xa ( Ieronimus Bosch, S. Dali, Vasarely...), on repère néanmoins très rapidement l'affirmation d'un style propre, inventif, jubilatoire, multidisciplinaire, décliné en plusieurs techniques: peinture, tissu, sculpture..
L'ensemble de la production est doté d'une intéressante richesse d'expressions. A tel point que des thèmes éclectiques en émergent aisément: la flore, la faune ( un réel bestiaire), l' univers végétal sous forme de décor, les personnages fantastiques...  L'univers des Contes n'est pas loin. 
Et, telle une mise en abîme, dans chacun des thèmes, on perçoit encore des subdivisions. Beaux sujets d'étude pour un cursus en histoire de l'Art !Il est donc utile d'écouter et de voir Zadie Xa s'exprimer sur son ressenti et sa maîtrise du dessin, de l'exécution artistique de son inspiration. La relation lucide et raisonnée à l'espace apporte à chaque exposition l'occasion d'accrochages sensés et optimisés. 
Se défaire d'un carcan classique en optant pour un changement de lignes et de codes est un exercice risqué. Il est ici parfaitement réussi, parce qu'appuyé sur un raisonnement sensé teinté de modernisme assumé (et non forcé) ce qui permet à  Zadie Xa de s'inscrire dans les courants d'art contemporain avec un succès affirmé, croissant, durable.
 
A voir sur le Net:
- La (re)création du  Lady Dior bag
- Préparation de l'exposition au  Space K Seoul:
 https://www.youtube.com/watch?v=4iIWqfNMNB4
- Les interviews pré-expositions (2023 et autres)
site Thaddaeus Ropac
 
 
 
Free lance Writer
Culture  Art  Patrimoine 

 
 
 
 
 
 


dimanche 28 avril 2024

Maïa de Mai


 L'homme du XXIe siècle s'interroge souvent sur l'origine de certains Us et Coutumes afin de connaître la raison d'une pérennité jugée souvent désuète, ringarde, source de ridicule ou d'inutile perte de temps. 
Alors, pourquoi  le traditionnel maïenc  brin de muguet ? 
Il faut remonter un peu le temps pour tenter d'apporter des éléments de réponse.. L'incontournable et mal connue période du  Moyen-âge est encore concernée. Poésies, mélodies, sur le thème, semblaient déjà avoir du succès auprès des tous. 
                                                                   
Expressions : 
Chanter le Mai 
Danser le Mai
Cueillir le Mai 
Arbre de Mai (maypole, festa dos mayos, Maibaum....)
Mât de Mai
                                            
Fête de la lumière, du renouveau, de la floraison, des premières cueillettes, le mois de mai ( que l'on dit "joli") symbolise l'espoir de jours nouveaux et meilleurs,  avec la fin de la grisaille hivernale. Hélas, la météo ne suit pas forcément cet élan positif qui, dans ce cas, prend des airs d'utopie.
Divinités : 
Maia : la Grecque 
Maïa : la Romaine, 
Beltain : le Celte
Maïentze
Chansons;:
"Voici le mois de Mai " (ronde de Vendée) 
Célébration : 
Après quelques tentatives ( le  1er Pluviôse (= 20 janvier 1793) , celle de 1867, celle de 1882), depuis le 20 juillet 1889,  les travailleurs  en ont fait un jour férié (journée internationale des travailleurs) ,  pour  célébrer une  trêve dans leur activité,  et commémorer les divers acquis des luttes sociales : la journée de 8 heures, les congés payés... ce qui n'a pas toujours été sans remous et sans heurts.     
 
     Derrière le geste anodin de courtoisie, le brin offert   est vecteur de message amical et attentionné. Il est associé à la joie de vivre, à l'altruisme, aux bonnes intentions, aux voeux de bonheur. Il génère, en principe,  la réciprocité (on en offre, on en reçoit).                                                         
 
 
Free lance Writer
Culture  Art  Patrimoine                                                                            

 
 
 
 
 

mardi 16 avril 2024

Récitatifs: ancêtres du rap ?

 On croit souvent que les formes musicales innovent forcément en empruntant des voies (et voix) nouvelles. En se penchant sur le cheminement artistique au cours des siècles,  on s'aperçoit que, la plupart du temps  ce ne sont que des adaptations. Ainsi en est-il des récitatifs qui pourraient avoir donné lieu à l'un des courants généalogiques du rap. 
Si l'on consulte les définitions de chacun de ces types musicaux, l'on est frappé par des similitudes: 
- la présence ou non d'accompagnement orchestral
- la parole scandée, la mélodie cédant la place à la parole
- la volonté de transmettre un message
- celle de faire avancer une idée, une action. 
C'est dans l'opéra, dans le motet, le lied... que l'on trouve le récitatif. Antérieurement à cela, l' on songe et l'on ne manque pas d'évoquer,  l'expression théâtrale grecque antique. La voix répercutée par le mur  derrière la scène, permettait une mise en exergue du texte. 
                                                            

La musique vocale, profane ou religieuse, a su perpétuer ce modus operandi. La voix parlée, déclamée, en rythme, avec accentuation des syllabes, pour scander et appuyer le sens, sert à véhiculer une idée, une opinion, un avis, parfois personnels, souvent dans la généralité du propos. 
Deux modes sont utilisés:
- il recitativo secco
- il recitativo accompagnato
Au XVIIIe siècle  on débattait déjà sur l'expression musicale (chant et accompagnement) . Ainsi firent J.Jacques Rousseau , in "La musique française" (1752), et J-Philippe Rameau,  dans sa réponse  (1753). 
W-A. Mozart (in Noces de Figaro- K; 482) , J-S. Bach (Cantates...) , mais aussi C. St Saëns, ont fait une large place aux récitatifs, dans leurs œuvres respectives. 
                                                       
Au XXe s. : des chanteurs de variété ont interprété des chansons qui contenaient à la fois les traces  et les prémices de ces formes parlées, avec onomatopées, appui des syllabes.... 
Certains ont été raillés, dénigrés, sans que l'on analyse, avec un minimum de recul, la structure musicale des morceaux interprétés:
- Début de soirée (Nuit de folie / à partir de 2'27) 
- Jacky Quartz (Chacun fait...)
- Dalida/ A. Delon (Paroles, paroles) 
- Françoise Hardy ( Message personnel)
Où donc est la frontière entre récitatif, narratif, chant..? Ces incursions volontaires, dans  les cadres formatés de la variété,  faisaient-elles alors l'apologie de la spécificité d'une nouvelle expression artistique,  d'un genre qui se voulait, avant tout, populaire ? 
Dans le rap,  la revendication de  l'appartenance à un groupe social de culture urbaine,  se démarque de l'interprétation individualiste, personnelle, des  prédécesseurs des siècles précédents.
Pour en savoir plus : 
- Analyse sémio-sémantique de la gestuelle dans les clips vidéos de rap. ( 12/04/2017) 
Polena chodakovà et Alena Podhornà-Polickà
 
 
Free lance Writer  
Culture   Art  Patrimoine 
 
 
 
 
 
 

dimanche 14 avril 2024

Classicisme: sculpture et peinture

 On a tendance à s'émerveiller, à raison, des vestiges qui ressurgissent. Ils sont les témoins d'un passé explicite, attestant souvent de normes d'un confort que l'on a parfois du mal  à croire, tant l'on est dubitatif sur la perception de civilisation de nos lointains ancêtres. Pourtant la présence de marques de raffinement,  jusque dans l'intérieur des demeures, prouve que , selon le rang social, une grande attention (un grand budget aussi)  était accordée au décor du quotidien. Fresques, statuaire, menus objets, sont ainsi sortis de terre, pour être,  en partie, exposés dans les vitrines de musées locaux ou nationaux. 
Malheureusement la postérité n'a reconnu, et retenu, que peu de noms d'artistes ayant laissé trace de leur talent. Si l'on admire encore au XXIe s. leurs œuvres, beaucoup de sculpteurs et de  peintres étaient souvent inclus,  de façon quasi anonyme, dans les équipes de maçons intervenant sur les chantiers.  
La Grèce antique a néanmoins laissé à la postérité, quelques célébrités de la statuaire. Si plusieurs périodes divisent une riche production, l' on souligne  d'abord l'art ancien des Cyclades, puis vinrent: 
Praxitèle, Phidias, Lysippe, Léocharès, Polyclède..
ainsi que les  peintres :
Protogène, Apelle, Antiphile...
Les Romains:  Longtemps considérés comme des "copieurs" de l'opus grec, ils se sont illustrés par des déclinaisons, des créations particulières avec l'emploi du marbre, du bronze, poli d'une certaine façon pour un rendu typique.
Outre une importante collection de statues, on peut reconnaître la spécificité des peintures.
- Les fresques (celles de Pompéi / époque I et II) dans les villas
- Les portraits funéraires (genre Fayoum), les célèbres peintures murales dans les tombes (dont celles des Etrusques)
- Les mosaïques (sols de lieux privés, lieux de culte, lieux publics...)  
                                              
Les techniques employées (encaustique, éponge, mélanges,  miel, savon...) étaient sujettes à multiples recherches pour des améliorations, des avancées, des facilités d' utilisation.  Les artistes médiévaux (coloristes, peintres) ont repris ces procédés et poursuivi les investigations (peinture à l’œuf, emploi de vernis...) 
On ne peut qu'être impressionné par la finesse d'exécution, la richesse des teintes, la perspective, de ces figurations ( l'étonnant rendu des portraits). Si l'on reconnaît l'existence de styles,  sans connaître l'identité de l'exécutant,   il est alors légitime de s'interroger sur la formation générale : y avait-il des "écoles'? Ces peintres  n'étaient-ils que des copistes de maîtres?  Répondaient-ils à des commandes spécifiques d'un client ? Comment, et à quel âge,  repérait-on le talent d'un artiste ? Les femmes étaient -elles concernées, opérantes? 
Les années qui viennent, apporteront,  sans doute, et comme à l'accoutumée, grâce à la lumière des découvertes archéologiques, quelques réponses à ces questionnements.   
 Dans cette attente  l'impatient  curieux peut se rendre dans les musées où de belles collections sont déjà visibles, aller à des conférences, et voir des expositions. 
A lire : 
voir sur le site: Ars latina / catalogue de l'exposition (1995)  
 Mosaïque: trésor de la latinité (collectif d'auteurs- année 2000) 
 
 
 Free lance Writer
Culture  Art   Patrimoine
 
 
 
 
 
 
 
 
 

jeudi 11 avril 2024

Voie romaine et environs : autour de la Via Domitia.

                ARCHEOLOGIE: récentes découvertes au  Sud de la France.

Le nombre des  voies anciennes connues, se complètent peu à peu grâce à la découverte de voies subsidiaires. L'archéologie met à jour des tronçons de routes, des chemins oubliés, des quartiers, des lieux de vie ou de mémoire, enfouis sous les strates des siècles qui s'accumulent. Revoir un tracé, imaginer un autre réseau routier devient alors une éventualité enrichissante pour les connaissances géographiques, historiques,  et économiques que l'on avait jusque-là.  Ces voies conduisaient à des villes, des quartiers. D'une manière générale, les plus modestes permettaient le commerce , les échanges, par le transport des marchandises, tandis que les plus larges étaient plutôt dévolues au passage des légions, à la conquête militaire.

Dans tout le territoire passé sous la gouvernance romaine,  les grandes métropoles révèlent encore aujourd'hui,  de belles surprises. En France: Nîmes, Arles, Narbonne, Uzès, Nice, Fréjus, Autun... sont concernées. On ne peut guère creuser un quartier (pour divers travaux) sans risquer de tomber sur des vestiges. L'état de conservation dépend de maints facteurs : l'humidité ou non du sol, la profondeur de l'ensevelissement, l'emploi d'engins outrancièrement invasifs, les autorisations de fouille (intervention de la DRAC, de l'INRAP).

De récentes  découvertes  (Narbonne, Nîmes) vont encore bousculer les acquis (infirmer ou confirmer) et ajouter de précieux  indices pour apporter des connaissances augmentées sur le quotidien des Gallo-Romains.
                                                             

Narbonne , mars 2024, au quartier quai de Lorraine, découverte de structures d'entrepôt, de base de tour, attestant la présence d'activités commerçantes et portuaires. L'archéologue Grégory Vacassy a commenté des visites sur le site momentanément ouvert au public.  
Datation proposée: du1er s. av. J-C. au IVe ap. J-C.
Pour en savoir plus, consulter
et le site du quotidien: "L'Indépendant " (beaux articles,  et photos sur le sujet)
                                                 *                   *                  *
                                                
Nîmes:  2024, rue de Beaucaire, une fouille a permis la mise à jour d'une hypothèse d'un   nouvel axe (ou d'un nouveau tracé ?) assez proche  de  la Via Domitia connue. Probabilité d'espaces funéraires, matériel éclectique, bel espace. Archéologues sur le site: Jean-Yves Breuil, Marie Rochette, Julie Grimaud, Sébastien Pancin.  
Datation proposée: fin du IIe s. av. J-C.
  A consulter pour en savoir plus :  
le très intéressant article d' Objectif Gard"                                               
                                           *                                *                             *
Béziers : Un fragment  de mosaïque à personnages a été découvert dans le quartier des halles, à l'occasion d'une campagne de  travaux (rénovation).  Des structures d'habitations ont été décelées, laissant supposer la présence d'une vaste maison cossue.
Datation proposée: Ier s. ap. J-C. 
Archéologue: Julie Lescure
Pour en savoir plus : article du 10/4/2024 du  journal Midi libre.

                                                  *                                *                         *
Cavaillon: (avenue Prosper Mérimée, depuis 2 mois) une campagne de fouille a permis de dévoiler un quartier de l'antique Cabellio ( ancêtre de l'actuelle Cavaillon) Des céramiques, des objets du quotidien ont été découverts lors d'excavations plus profondes.
Datation proposée: moitié du Ier s. av J-C /3e s. ap. J-C. 
Archéologue: Elsa Segetat- Basseuil
 Pour en savoir plus, consulter :
 
                                     *                                    *                                   * 
    A lire également : la lettre d'information de l'INRAP 
(Institut national de recherches archéologiques préventives)
                                                               
Dans le contenu des articles de presse locale cités ci-dessus, des vidéos sont proposées. Elles sont consacrées à des interviews d'archéologues,  in situ. 
Il est important de rappeler qu'à l'époque romaine, de part et d'autre des voies de communication, de circulation, il était fréquent d'utiliser  l'espace pour des lieux de sépultures. On installait également de petits autels votifs, selon la religion pratiquée (culte égyptien à Isis, culte romain à Jupiter, culte grec à Athéna, culte oriental à Mithra... / exemples non exhaustifs). Le long de ces axes divers il y avait également des haltes (ex: Ambrussum) où l'on pouvait se restaurer, faire reposer ou changer les chevaux. 
 
 

Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine