dimanche 20 juillet 2014

Lorin Maazel, Johnny Winter ... : des notes envolées.

Lorin Maazel adolescent
  L'âme d'un violon au coeur de  l'orchestre -
Le soleil a pâli,  en cette 3e semaine du mois de  juillet 2014, endeuillée par le décès du célèbre chef d'orchestre américain   Lorin Maazel .Laissant à la postérité une très importante discographie de plus de 300 enregistrements, le musicien avait débuté sa  carrière de façon très  précoce . En effet, si le début de son apprentissage musical et technique de la direction d 'orchestre a commencé dès l'enfance, à 7 ans, deux ans plus tard il était déjà aux commandes, baguette en main, devant les grandes formations orchestrales américaines..On se souvient, dans les  années  50, d'un autre enfant prodige qui a fait également une belle carrière dans la même discipline : Roberto Benzi.
 Violoniste virtuose, Lorin Maazel,  s'était aussi spécialisé dans le  répertoire orchestral romantique. Outre la direction des plus grandes formations orchestrales classiques dans de nombreuses  capitales internationales, il a été le brillant chef  du Wiener Philarmonic Orchestra, à Vienne, pendant 11 fois, lors du très prisé  Neujahrskonzert (Concert du Nouvel An). Cette manifestation,  populaire, et  suivie fidèlement, chaque année,  par des millions de téléspectateurs, a contribué à  médiatiser, à faire connaître et apprécier Lorin Maazel, par un large public.Véritable Maestro, il a été reconnu pour  avoir développé un style  personnel, et une   conception propre, des œuvres choisies, en  mettant l'accent sur  le détail.  Il fait partie du nombre restreint des grands chefs de légende, qui ont su populariser le répertoire classique, autant par leur interprétation,  que par leur charisme et leur  forte personnalité.  

Lorin Maazel : Concert de Vienne (1996)
 "Die Nasswalderin" op.267- (Joseph Strauss)
https://www.youtube.com/watch?v=GnFotqEjAG0
                                   *       *      *        *      *
Le riff au bout des doigts -
Figure iconique du festival de Woodstock , le guitariste Johnny Winter s'est éteint en ce mois de juillet 2014. Sa silhouette longiligne, de grand blond albinos, accrochée à la guitare, va manquer au paysage du Rock and Blues. Musicien plusieurs fois primé (entré en 1988 dans le fameux Blues Hall of Fame) , il fait partie, en 2003, du top des 100 meilleurs guitaristes de tous les temps (Magazine : "Rolling Stones"). Connu pour ses reprises de morceaux d'anthologie, précédées d' intros personnelles  ébouriffantes (Johnny be goodJumpin' Jack flash, Mississippi Blues, Hey Joe...), il était également auteur, compositeur, producteur. Il a eu l'occasion de participer à de nombreux  concerts, en duo avec  Jimmy Hendrix, BB King, Eric Clapton, pour quelques interprétations  et prestations inoubliables.
Authentique  Guitar hero, selon l'expression connue et employée, Johnny Winter était aussi bien  Bluesman que  Rocker.
Dans un dernier album " Step back" (sorti en 2013 avec, en invités,  d'autres grandes gloires telles que : Eric Clapton, Ben Harper, Billy Gibbons, Joe Perry, Dr. John, Leslie West, Brian Setzer and Joe Bonnamassa.), il a donné, encore une fois, la mesure de son talent.

 
Hommages /références:   
- Dans la chanson "Bonne idée " de Jean-Jacques Goldman  
" Y avait du soleil, des parfums, de la pluie
Chaque jour un nouveau réveil, chaque jour une autre nuit.....
.................. Frédéric Dard et Johnny Winter aussi...
*   *    *    *       
Dans la chanson "27e heure" d'Hubert-Félix Thiéfaine"
*   *      *     *     
revoir et entendre Johnny Winter :
https://www.youtube.com/watch?v=M6kPQLLLYAc&list=RDM6kPQLLLYAc#t=27








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire