jeudi 23 novembre 2017

Robert Hirsch, l'adieu à l'artiste

Il a quitté définitivement la grande scène sans pour autant disparaître de nos mémoires. Robert Hirsch,(1925-2017) artiste complet qui s'illustra au théâtre, au cinéma, à la télévision fut  l'un des rares à pouvoir pratiquer avec un égal talent le mime, la danse, le chant, et à jouer  aussi bien la comédie que le répertoire classique. Tragique, burlesque, inquiétant, enjoué, nul rôle, nulle facette de l'interprétation n'échappaient  à sa capacité de capter un personnage.
A revoir :
"Les dégourdis de la onzième ":  (1986)
https://www.youtube.com/watch?v=zfvWzQT7y4w&t=1119s
Après un passage à l'Opéra de Paris , comme danseur (2e quadrille),   il décrocha, en 1946, le 1er prix de comédie au Conservatoire d'Art Dramatique . De 1948 à 1974 il fut le 420e  sociétaire de la Comédie Française. S'il a su servir le répertoire classique avec ferveur, il a également joué avec bonheur sur les planches du théâtre de Boulevard, n'hésitant pas à se produire dans des œuvres d'auteurs contemporains . Acteur populaire, il a aussi figuré au casting de nombreux films et téléfilms (sa filmographie au cinéma s'étend de 1951 à 2015, et à la télévision de 1955 à 2014). Maintes fois récompensé pour ses prestations au cours de sa longue carrière, il a obtenu  6 Molières (dont un Molière d'honneur en 1992).
L'ovation de la profession lors de la remise du César d'honneur:
https://www.youtube.com/watch?v=8g8tzU6Cklc
Irrésistible duo (Je vous aime, Madeleine) avec la regrettée  Gisèle Casadesus (dans : Le grand restaurant):
https://www.youtube.com/watch?v=-R4PeuvglCw 
Interview (archive INA ) 
https://www.youtube.com/watch?v=NseHzQWhh7w

 Sa forte personnalité, son tempérament,  son jeu de scène,  en font une légende et une référence,  de son vivant. On le qualifie même  de "monstre sacré" .    De sa formation de danseur et de la passion qu'il a gardée tout au long de sa vie pour cette discipline, Robert Hirsch conservera longtemps un certain maintien,  une silhouette dynamique, et une façon de se mouvoir avec aisance et élégance dans tous ses rôles, aussi bien au théâtre qu'au cinéma. Il a su pratiquer également  la drôlerie et l'auto-dérision avec justesse et pertinence, (souvent avec son collègue Jacques Charon) n'hésitant pas à se grimer et à se déguiser pour maintes occasions (sketches,  galas, spectacles télévisés). Faire rire , émouvoir, incarner divers personnages, endosser différents costumes, le contrat de comédien  a été largement rempli, avec brio, pour celui que l'on appelait Maître:  Robert Hirsch. 
Extrait de la pièce : Le père -
https://www.youtube.com/watch?v=bfty6Xk_1ms
Et sans oublier sa prestation remarquable dans  le film de Gilles Grangier "125 rue de Montmartre"(1959)

Free lance Writer   
Culture  Art  Patrimoine                                     






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire