jeudi 11 février 2016

Marie, Henri, Heinrich et Léon-Paul

Le 1er trimestre 2016 débute  une année  de commémorations  très éclectiques où la musique, la littérature seront autant d'occasions de "réviser ses classiques", sans déroger à l'actualité.


Janvier : Le 22 en 1916  centenaire de la naissance d’Henri Dutilleux à Angers (mort le 22 mai 2013 à Paris ), compositeur, lauréat du Prix de Rome en 1938, pensionnaire à la Villa Médicis en 1939.  Enseignant au conservatoire national supérieur de musique, responsable de la production à Radio France (de 1944 à 1963), il s'inscrit dans  la lignée de Ravel, Debussy, Dukas, Duruflé, Bartók, Stravinsky...
Pour en savoir plus :

Février : Le 17 en 1856, mort de C. J. Heinrich Heine à Paris. Le prénom véritable du poète, essayiste  et polémiste germanique né à Düsseldorf en 1797, était Harry, mais en France il se faisait appeler Henri, tout en plaisantant sur les français qui écorchaient
son nom.   Romantique dans ses poèmes, il pouvait et savait  être satirique dans ses écrits journalistiques. Aux accents de la Lorelei, poème d'après une légende des rives du Rhin, tous les étudiants germanophones ont appris  la versification de Heinrich Heine. Le texte initial, composé en 1824,  a été mis en musique maintes fois depuis sa création (versions de  Franz Liszt,  de Friedrich Silcher, de  CLara Schumann,   et quelques évocations contemporaines par Ch. Trenet (en 1956), H-F. Thiefaine, Jacques Higelin ..) 
Version de Silcher par Mireille Mathieu (in album: Die schönsten Deutschen Volkslieder (1977): https://www.youtube.com/watch?v=P-F3prcPC78

Le 5, en 1626, naissance de Marie de Rabutin-Chantal, Madame de Sévigné à Paris (décédée le 17 av. 1696 à Grignan) . L'actualité  de cette célébration de la vie de la marquise femme de lettres est d'une pertinence de bon aloi.  Puisque c'est un véritable appel  au mécénat,  à travers la presse, qui est lancé pour la restauration de son  cabinet de lecture et d'écriture  du château de Grignan.  Après les travaux envisagés, étoffes, parquet, boiseries, devraient rappeler davantage les originaux de l'époque qui a vu évoluer Mme de Sévigné en ces mêmes lieux : le  XVIIe siècle. Le château de Grignan, où elle rendit l'âme,  était l'une des demeures  de sa fille Françoise: l'une de ses principales destinataires des fameuses et nombreuses"Lettres" (764 sur 1120 environ) que Madame de Sévigné rédigeait et envoyait. 
Mécénat ( lancement fin mai 2016).
Visite du château de Grignan (Drôme)  : 00 334 75 91 83 50

Mars    : Le 4 mars en 1876, naissance de Léon-Paul Fargue, poète français (décédé en nov. 1947 à Paris) . Fondateur de la revue "Commerce" (en 1924, avec P. Valéry et Larbaud) il fut également Membre de l'Académie Mallarmé en 1937 . Avant cela,  il adhéra à un d'un courant artistique  Parisien,   les Apaches (existant de 1900 à 1914) où il retrouvait seize de ses amis, dont M. Ravel, E.
Vuillermoz, T. Klingsor,  au son du 1er mouvement de la 2e symphonie de Borodine, sorte de symbole mélodique pour cette petite société d'écrivains, poètes, critiques, et musiciens, aussi créatifs qu'excentriques, jeunes  et rebelles:
Maurice Ravel avait  dédié sa composition "Miroirs" (5 pièces pour piano - 1904-1905) à chaque participant du mouvement des Apaches :
Noctuelles ( dédié au poète L-PL fargue)  
Oiseaux tristes (dédié au pianiste Ricardo Vines
Une barque sur l'océan (dédié au peintre Paul Sordes)  
Alboradaa del gracioso (dédié à l'écrivain M-D.  Calvocoressi)
La vallée des cloches (dédié à M. Delage , 1er élève de M. Ravel)  
 Ravel avait également mis en musique le poème  L-P. Fargue, écrit en 1929 : "Rêves ". 
Et Ricardo Vin͂es aussi , saura rendre hommage à son ami poète, au cours de l'année  1927, en lui dédiant  une composition pour piano intitulée : "Crinoline" (ou la Valse au temps de la Montijo).


Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire