mardi 6 janvier 2015

Au royaume des collections

La survie de l'art est due aux créateurs, aux restaurateurs, aux commerciaux  professionnels,  mais avant tout aux passionnés. Sans maintes  actions conjuguées de sauvegarde,  objets, édifices, meubles, costumes, bijoux,  seraient dévolus aux oubliettes du temps, à la dévalorisation. Chaque époque de l'Histoire a connu ses courants de modes, périodiquement et immédiatement chassés par le suivant.. Moqués, raillés, reniés, car démodés, les divers  accessoires et les emblèmes, passent alors  à la trappe, ou sont relégués dans une malle de grenier, par des individus "fashion victims" impatients de répondre à l'appel des  sirènes de la nouveauté.   Puis, par un sursaut du nostalgique  mouvement "rétro" ,  ou dans un élan de lucidité, les vieilleries reprennent du service, on va même jusqu'à les copier..
Eternel recommencement, qui résume souvent la versatilité humaine !  Cependant certains amateurs irréductibles ont décidé de laisser libre cours à leur passion des collections. Ainsi, allant parfois à contre-courant avec leur temps, ils amassent des" trésors", glanés, chinés, dans les brocantes, les salles des ventes, au prix de sacrifices matériels (temps et argent), mais pour leur plus grande satisfaction. On entre alors dans une spirale qui va de la thésaurisation à l'échange. L'objet passe de mains en mains en des laps de temps variables. De l'autocollant à la capsule de bouteille, de l'étiquette publicitaire à la médaille de sport:  rien n'est banni ou honni, tout se collectionne. Alors, comment avoir le courage de se débarrasser de ce que l'on a tant eu de mal à obtenir, et que l'on a tant aimé? Cruel dilemme !  La nécessité, souvent, fait loi,  ou le simple passage d'un engouement à un autre.. Les collections privées ne sont pas toujours faciles à gérer, car  il faut, certes, quelques moyens financiers,  mais aussi de l'espace, du temps pour la recherche, afin de compléter la série par  de nouvelles pièces.  Si l'on n'est pas fixé sur un thème (les tableaux, les colifichets, les jetons,  les disques, les manuscrits, les livres rares, les BD,  ..) il est cependant nécessaire d'en cerner  un,  et de concentrer ses efforts sur un aspect de la collection: une période déterminée, un artiste précis, un courant d'expression artistique ciblé.

Tel un roi en son royaume de conte de fées,  le collectionneur jubile, et exulte,  lorsqu'il peut présenter sa collection. Il en parle avec verve, plaisir, et avec  cette passion caractéristique, qui est  souvent communicative. Certains de ces inconditionnels y consacrent toute une vie,  et acceptent même,  peu à peu, l'envahissement de leur espace résidentiel. Certes la  fierté d'avoir déniché la pièce rare justifie, aux yeux du collectionneur, l'intérêt , le temps et l'argent consacrés à la quête de l'objet. Pour le quidam insensible à la démarche, cela peut paraître futile. Or, dans bien des cas on peut reconnaître  une utilité  avérée,  dans cette activité considérée comme ludique, qui entre dans la catégorie des hobbies. Car, parfois on en fait un métier rentable  à part entière. Et, que l'on  devienne alors: antiquaire, brocanteur, conservateur, restaurateur... on est toujours amateur de beaux objets et de pièces rares ayant une histoire. En effet, derrière chaque spécimen se cache une anecdote, un dédale. Et l' on se plaît à remonter le temps à la recherche des lieux parcourus, des divers propriétaires successifs de l'objet. Souvent l'on est surpris  par la sensation de vivre, à travers ces épisodes, un vrai roman. Oui, on sait ce que l'histoire de l'art doit aux collectionneurs. Combien de  tableaux, de meubles, de tapis, de bijoux, dont on a retrouvé trace dans les salles de vente, ou les expositions de collections privées, ont pu être sauvés de la décrépitude, de la destruction, ou de l'oubli ?  Le patrimoine collectif est, certes,constitué par les  biens nationaux, mais les dispersions causées par les événements historiques en ont tronqué une fraction. Il arrive que l'on en retrouve quelques articles au détour de l'actualité, et, dans bien des cas, le hasard et la chance y ont leur part.
Autour des collectionneurs
quelques termes de Vocabulaire : 
Fabophile- (fèves). Numismate (monnaies). Canivettiste (images pieuses). Ptérophile (plumes d'oiseaux). Lithophiliste (pierres). Héraldiste (blasons). Philatéliste(timbres). Echéphile (jeux d'échecs)....
Salons :
9 et 10 janvier 2015 : 64e Cartexpo ( Paris) 
Février 2015 Salon Rétro Mobile (Paris)
22 fév 2015 : Alzon (Gard) 1ère édition d'une bourse multicollections (timbres, BD, cartes postales...)
 pour plus de renseignements: 
http://www.francecartophilie.fr/content/9-l-agenda-des-bourses-et-salons

                                                                                                                                          à J.D.

(2015: 3e année d'International Culture Blog)
176 articles parus, 31100 pages lues.
Merci à tous les lecteurs 

Free lance Writer
Culture  Art  Patrimoine







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire