jeudi 11 décembre 2014

All Winter lights

Début décembre: la fête des lumières de Lyon vient à peine de se terminer, que l'on poursuit l'ode à la clarté en hiver, avec les préparatifs des fêtes de fin d'année,  sous les illuminations citadines.
 http://www.blogdeslumieres.fr/fete-des-lumieres-2014/#player
 Mais, à l'extérieur des grandes cités, un autre phénomène lumineux se prépare.: le solstice du 21 décembre . Pour se rendre  à ce rendez-vous exceptionnel, il faut rejoindre les millénaires passés. Car, . à travers l'histoire, on va à la rencontre d'autres civilisations, d'autres techniques, d'autres croyances. Un monde qui pourrait sembler étranger, et lointain à notre XXIe siècle, et qui, pourtant,en est le creuset.
Stonehenge le 21-12-2014
Simiane le 21-12-2014
Des bâtiments funéraires, des édifices religieux, savent encore capturer ce  précieux rayon du solstice d'hiver.. Sans évoquer obligatoirement un culte obscur, mais en s'étonnant des savoirs des architectes, on ne peut qu'apprécier la prouesse technique de construction, et les savants calculs qui ont pu rendre réalisable un tel projet. Si l'on s'émerveille devant ces facultés théoriciennes mises en pratiques avec des moyens assez rudimentaires, il faut admettre que  l'époque contemporaine possède, depuis lors, des outils très précis  qui permettent une utilisation assez poussée de l'énergie solaire :
http://www.sunearthtools.com/dp/tools/pos_sun.php?lang=fr

Lorsque l'on parle du solstice, on évoque souvent les constructions mégalithiques: les pyramides et les temples égyptiens ( Abydos), les alignements de pierres dressées. Et, dans la suite chronologique des siècles qui défilent, on cite également les temples grecs, romains, les chapelles romanes, les églises gothiques.. : d'une manière générale, tous les bâtiments qui ont un  lien avec une certaine idée de la spiritualité.. Or, ce défi de la lueur rayonnante ciblée, a été aussi une évidence pour les architectes contemporains, dans leurs constructions modernes non religieuses. Le procédé architectural n'est donc pas uniquement dévolu à  la célébration de cultes en hommage aux divinités. Il devient, dans ce cas,  purement esthétique, même s'il est souvent associé à une forte symbolique ( La passerelle du solstice, et les pyramides de la Grande-Motte - France) .
Site de Stonehendge
Temple cénotaphe de Séthi Ier (Abydos)
Le paganisme des siècles passés n'était pas imperméable aux dévotions faites à la Mère nature, et à ses diverses manifestations. La course nocturne de la lune, celle , diurne, du soleil, les éclairs, la foudre, étaient lors perçus comme des événements  non contrôlables pouvant être aussi redoutables que magnifiques. Personnifiés, ces astres, ces phénomènes météorologiques, étaient assimilés à de puissantes Divinités de la mythologie et à leur inséparable cortège. Il était donc prudent et préférable de s'attirer leurs bonnes grâces. C'est dans cette optique  que la captation de la lumière venue du ciel ,pour   éclairer un point précis d'un monument, devint autant un défi qu'un symbole. Dans le temple funéraire cénotaphe de Séthi Ier (Merenptah)  à Abydos (Egypte), dans les temples Incas dédiés au culte du soleil, le rai frappe la paroi murale, ou le sol, à un moment précis de l'année. Certains esprits à l'imagination fertile y ont voulu déceler l'indication d'emplacement de trésor, ou de documents celés. Mais les films et romans d'Aventure ont largement exploité le filon, sans que la concrétisation réelle des fouilles archéologiques ne soit venue  accréditer de telles espérances. C'est alors la porte ouverte aux mythes et aux légendes, et même au surnaturel ..
Abbaye de Valsaintes(Simiane)
Déambulations, processions, célébrations, au son de chants incantatoires ou de louanges, la musique était présente aux cérémonies. Cette tradition perdure. L'homme contemporain, qui n'a pas perdu la faculté de s'extasier, a renoué depuis quelques décennies, avec  ce patrimoine culturel empreint de respect envers l'environnement et les vestiges d'autres temps. Sur les sites (aujourd'hui restaurés, aménagés), nombreux sont ceux qui vont assister à l'apparition du rayon du solstice pour participer à l'événement, et en garder trace en films ou en photos.La musique Celte se prête volontiers à l'accompagnement du prodige. Si l'on ne retrouve pas toujours les chants originels, quelques mélodies anciennes conviennent à la magie du moment. Un exemple parmi tant d'autres :la série de concerts  prévue, du 18 au 22 décembre 2014, dans la chapelle de l'abbaye de Valsaintes ( Simiane la rotonde) pour cette occasion. C'est la harpiste Murielle Schreder  (médaille d'or du conservatoire de musique de Nantes) qui se produit cette année encore dans ce cadre étonnant.
 Pour plus de renseignements et (ou) assister au concert:
http://www.valsaintes.org/abbaye/visite/animations/solstice-dhiver.php
à lire aussi sur ce même blog:
http://international-culture-blog.blogspot.fr/2013/10/architecture-et-spiritualite.html

Soleil Inca de Cuzco

Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire