dimanche 13 avril 2014

Jacques Le Goff, un certain regard sur l'Histoire....

Né en 1924, le médiéviste anthropologue Jacques le Goff s'est éteint à  90 ans, le premier jour du mois d'avril 2014, après une existence largement dévouée à l'étude de l'Histoire. . Riche d'une palette aux maintes influences, aux empreintes éclectiques, l'homme a effectué un parcours exceptionnel. Laissant une empreinte marquante dans l'univers de la connaissance, il a déployé des talents frappés aux diverses étapes de sa vie. Cheminements intellectuels, et non itinérances désordonnées, , ses voyages, sa formation, les postes occupés, l'ont conduit successivement de l'Angleterre (Oxford, à la Tchécoslovaquie( Prague), puis en France (CNRS, faculté de Lille..) et aussi en Italie, en Allemagne, en Pologne. Jacques le Goff fut membre de l'Ecole française de Rome, et de la VIe section de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. qui , sous sa férule, devint, en 1975, l'EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales).
Les  Annales (courant historique  et revue) : J. Le Goff (avec P. Nora) fit partie de la 3e génération, en 1970, celle de la nouvelle Histoire, qui donnera  en Angleterre : Past and Present. Sans parler de réelle scission avec la conception globale de l'Histoire, et de son enseignement,  jusque-là pratiqués et diffusés, on reconnaît une évolution vers une méthodologie plus individuelle, vers un autre regard, et une interprétation plus précise du fait historique, sous l'expression "micro-histoire".
J. Le Goff, historien prolifique,  laisse une impressionnante production écrite à la postérité. Loin des images d'Epinal et des idées reçues romantiques diffusées souvent dans les leçons d'histoire des XIX et XXe siècles, et se  méfiant de l'objectivité supposée de l'histoire, il a privilégié, dans ses études et ses recherches,  l'approche humaine, l'étude des mentalités, s'attachant à mettre parfois en exergue des détails de la vie quotidienne médiévale, glanés par une lecture intelligente  et attentive des documents biographiques laissés par les contemporains des monarques, mais aussi dans les exemples et  
anecdotes  des  textes de sermons des prédicants, dans les échanges épistolaires, et l'évolution des su et coutumes. Ainsi a-t-il accordé une attention particulière aux écrits de Jehan de Joinville. (Livre des saintes paroles et des bons faicts de nostre sainct Looys).
Jacques Le Goff  fut un passeur de connaissance et de savoir. Pédagogie, vulgarisation, transmission, communication ... furent concrétisées par ses multiples implications dans la fondation, la participation, ou la direction, selon le cas,  de maintes revues, académies, conseils de facultés. Docteur Honoris Causa d'une douzaine d'universités , il fut distingué et primé à plusieurs reprises, pour ses divers travaux, notamment en 1987 où il reçut  le Grand Prix national d'Histoire.

De 1968 à 2014 il participa à l'émission de radio:" Les lundis de l'histoire"  de France Culture.
Actuellement,   National Geographic fait paraître une série, sous le titre général de :  " Histoire et Civilisations",  en  30 volumes. Elle fut  supervisée et présentée par Jacques Le Goff , avec une citation très explicite :" Faire revivre le passé et aider à la compréhension du monde, voilà l'immense ambition de cette remarquable collection"
Parmi les nombreux ouvrages on peut citer :
- Pour un autre Moyen-âge (1977)
- L'imaginaire médiéval (1985)
- Saint Louis (1996)
-  Entretiens sur Saint Louis (1998)
Parmi les interviews et conférences :
- Une vie pour l'histoire (entretiens avec Marc Heurgon)1996
- La XIVe conférence Marc Bloch (1992) mise en ligne en 2006 "Du M-âge à l'Europe d'aujourd'hui"
             (Ehess.fr)
http://cmb.ehess.fr/42
Activités de traducteur :
pour un ouvrage d'Histoire médiévale  paru initialement  en Allemagne 
"Das Hochmittelalter" (Frankfurt- Fischer Bücherei (1965)
  et fut publié à Madrid en  1971 sous le titre de: " La baja Edad Media"
A lire également  :
Le texte d'Adeline Rucquoi (CNRS- Paris ) sur le Colloque International qui s'est tenu au  King's College  de Cambridge, en avril 1994 : "The work of Jacques le Goff and the challenge of Medieval History"  (section Le Goff  - Annales and national Historical traditions )


Homme d'enthousiasme, de convictions, à la forte personnalité, passionné, Jacques Le Goff,  pouvait être aussi celui des superlatifs. Marquant une empreinte indélébile dans l'histoire de l'Histoire et l'historiographie, attachant plus particulièrement son identité  à la période médiévale, il a contribué à une meilleure connaissance d'une époque (qui était jusqu'alors mal cernée),  tout en faisant entrevoir l'étendue de la tâche à accomplir, à la lumière de  l'étude d'autres précieux documents d'archives, codex, actes,  et parchemins. 

Free lance Writer
Culture  Art  Patrimoine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire