jeudi 2 avril 2020

Jean Camberoque, plasticien audois.

Si chaque siècle a eu sa palette d'artistes, chaque région également. L'Aude , département de l'Occitanie n'est pas en reste. Nombreux sont les artistes audois qui n'ont pas démérité. Parmi eux, Jean Camberoque (1917-2001) est un exemple de pluridisciplinarité exercée avec un égal talent. En effet, que ce soit dans la peinture, la céramique, la gravure, l'illustration, ou la sculpture, l'homme a su exploiter avec brio chaque discipline, afin d'exprimer sa créativité et son inspiration. Ce Carcassonnais, qui a commencé à peindre à l'âge de 22 ans,  a laissé son empreinte en maintes cités audoises, et en d' autres lieux.  Il a également, dans sa carrière,  exposé avec succès à Paris, et dans plusieurs pays étrangers.  
             
                                              

Artiste méridional reconnu par ses pairs, ses fréquentations et ses amitiés l'ont amené à des recherches picturales  diversifiées.  D'autres influences (les surréalistes, Pablo Picasso, Jean Lurçat...) lui font découvrir  des techniques  enrichissantes,  qui seront largement employées et sublimées dans une production éclectique portant haut un style personnel moderne, innovant, entre poésie, imaginaire, descriptif et concret. 
Ami de poètes, Jean Camberoque a été sollicité pour  illustrer quelques recueils (parmi ceux de Max Rouquette, Joe Bousquet, Claude Marti...)
                                                   
Décorateurs de 5000 tuiles, mais auteur de fresques monumentales,   il a confirmé la maîtrise de plusieurs formats, ainsi que  ses qualités de coloriste et de graphiste. 

   Le XXe siècle   n'a pas toujours su apprécier ses artistes , ni prendre soin de leurs  œuvres exposées aux quatre vents. Ce qui entraîna souvent de regrettables  détériorations et aussi des saccages. Mais, quelques décennies plus tard, l'information jouant son rôle d'alerte, et ayant fait enfin son   office,  une prise de conscience  salutaire a permis la restauration et la sauvegarde de ces œuvres en péril d'oubli, et de destruction progressive.  Ces actions de sauvetage   permettent aujourd'hui de pouvoir encore  regarder et  apprécier cette production exceptionnelle.
Hommage et reconnaissance  au  grand artiste Jean Camberoque, qui, sans le savoir,  a procuré de la joie à plus d'un lycéen, par ses céramiques, notamment celle du Lycée Dr. Lacroix,  à  Narbonne  En effet, quel plaisir culturel pour un jeune esprit imaginatif et sensible, que d'être accueilli, chaque matin de l' année scolaire,  par un graphisme géométrique géant,  aux tons chauds, aux contours harmonieux, évoquant un soleil immense, en arrière-plan d'une ville aux maisons suspendues.
Devenu emblème de l'établissement, sous forme de logo stylisé, cette œuvre  représentative est restée sans nul doute, dans maintes mémoires d'anciens élèves, même un demi-siècle plus tard. Et il y a de fortes probabilités que la vision quotidienne  de cette céramique, pendant des années de scolarité, ait forgé un goût pour l'art contemporain. On ne dira jamais assez  l'importance de l'impact de l'art et de la culture dans l'instruction d'un enfant.       
                           

Free lance Writer
Culture  Art   Patrimoine                                                         
(photos-montages: N-L. M.)



lundi 23 mars 2020

Peur, Angst, Miedo, fear, spavento ...

La peur de l'an mille, celle de la peste, du choléra, font référence aux drames des siècles  passés. Et l'on aurait pu croire (espérer) que l'époque moderne fût plus sereine. Que nenni ! Si le XXe siècle  a porté son lourd  fardeau de conflits internationaux, que retiendra-t-on du siècle suivant:
 -des avancées scientifiques, une créativité foisonnante, des émeutes sociales, des revendications économiques, l'appétit grandissant d'une société de consommation  avide, des problèmes de santé affectant les populations, etc..., et, par-dessus tout cela, une grande anxiété collective  doublée d'un mal de vivre  ?
                                                           

 Pourtant l'angoisse populaire étreignant les êtres ne date  pas d'aujourd'hui. On peut rappeler: la peste d'Athènes (en 430, Ve s. av J.C), et l'anecdotique obsession   des Gaulois:" la peur du ciel qui tombe sur la tête". Puis, quelques siècles plus tard,  au moyen-âge,  la terreur de la fin du monde, du jugement dernier, et de l'Enfer, avec le passage de l'an mille.  Ce furent ensuite les épisodes tragiques de la peste noire. Le très grand nombre de décès rapides a engendré la hantise de la contagion, des débordements de comportements, d'exclusions, de haines, de méfiances réciproques, de suspicions de tous ordres.  
Quelques grandes dates parmi les nombreuses manifestations de ce type de maladie
1347: La peste noire (due au bacille Yersinia pestis):  près de 50% de la population européenne a disparu en 3 ans .
1720 : autre importante  épidémie de peste qui a commencé à  ravager le sud de la France avant de s'étendre à d'autres régions . On obligea les populations au confinement, on construisit des murs , des barricades de bois, on brûlait des parfums et des herbes aromatiques dans les habitations , on contrôlait les marchandises, et les déplacements des  gens (munis de billets de santé ) pour tenter d'éradiquer la propagation du mal et la contagion. 
                                                  
 1918: la grippe espagnole (souche H1 N1) affecta tous les continents et a tué près de 2,5% de la population mondiale.
 Epidémie, pandémie (pãn δῆμος)
- L'épidémie atteint un grand nombre de personnes en se propageant rapidement. 
- La pandémie affecte tous les peuples,  elle est suivie  de graves  conséquences sur la démographie, l'économie, et souvent la survie d'une population sur une zone géographique étendue. 
                                                            
Evolution des soins médicaux

 Depuis l'époque médiévale la considération du malade, celle  de la maladie, ont évolué. Outre les documents d'archives, de l'enluminure, à l'architecture, en passant par le dessin et le tableau, maintes informations, sur ces sujets douloureux, sont parvenues , jusqu'à l'époque contemporaine. 
L'art, loin de se gausser des malheurs de l'humanité, les a fixés pour mémoire. L'art décrit, enjolive ou enlaidit parfois, il force donc  le trait pour le rendre plus évident. Il fait œuvre de réminiscence, mais aussi de témoin d'un fait,  ou de la vie d'un personnage. L'art embellit, transpose, mais il ne perd pas de vue la réalité, si cruelle soit-elle. Et s'il donne toujours  à voir, il sait également donner à réfléchir. La création artistique est le baromètre d'une civilisation.  

Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine 

 "Courage, patience, prudence, espoir. .. "(N-L. M. /Mars 2020)







samedi 14 mars 2020

Poétesses, poètes, et poésies ...

Mars,  mois du printemps,  est-il  celui des poètes ? N'a-t-on point coutume de penser et de dire que c'est le mois de mai,  qui convient plutôt aux épanchements de l'inspiration poétique ?  Mais, en cette année 2020,  voici donc en mars,  une nouvelle fois revenu, " le printemps des poètes" .
 Belle, utile, et sympathique animation qui  draine ses adeptes et ses acteurs.
Le courage est le thème de l'année... Thème élargi qui s'applique à toute forme de l'art en général. Courage des mots, de la structure, d'un courant innovant, d'un mouvement avant-gardiste, parfois réactionnaire, ou même courage de rester conservateur ... Chaque personnalité d'artiste s'exprime avec son ressenti et sa vision individuelle de  l'art en donnant à voir, à entendre, à lire...
Des concours, des lectures, des récitations, des écrits, des mises en musique, des ateliers de rédaction, entrainent chaque année des fans de rimes, pour leur plus grand bonheur et pour celui d'un public conquis,  dans de multiples  activités autour de la poésie. 
Une pause bienfaisante, un espace d'expression,  dans un monde brutal, âpre, bousculé, déboussolé, se voulant encore codifié ...
Or,  la poésie n'est pas qu'une simple doucereuse pommade romantique  appliquée sur les maux les plus vifs de certains qui sont considérés par d'autres  comme une élite. La poésie  peut et  sait être combative, engagée, participative, porteuse de messages forts, et de pensées profondes. Elle est descendue dans la rue, elle couvre des murs, entre dans les slogans, utilisant le langage de tous les jours, mise à la portée de chacun.
Poètes maudits, désabusés, revanchards, incompris, borderline, ils ont aussi leurs lecteurs  se retrouvant dans des textes qui ont résolument quitté les ornières difficiles mais confortables du classicisme.
Le scandale, l'opposition, le dénigrement,  ont souvent  reçu ces œuvres novatrices, estimées dérangeantes. Puis, le temps et les années passant, on redécouvre des écrits,  dont certains n'ont pas perdu leur impact initial,  et qui en ont fait entrer  d'autres dans le giron du conventionnel et du classique de référence. Les perturbateurs, parfois provocateurs,  sont devenus chefs de file de mouvements littéraires répertoriés.
Des trouvères, et trobaïritz, aux slameurs, la recherche de rimes a franchi les siècles sans prendre de rides,  mais en s'adaptant aux goûts, et aux modes d'expression de chaque époque. La poésie dénonce, témoigne, narre, traduit, elle est pertinente ou impertinente, mais elle fleure l'émotion.   
D'Aragon, à  Llorca, d' Heredia  à Villon, de Verlaine à Breton, de Marie de France à Louise de Vilmorin, d’Apollinaire à Grand corps malade, les mots volent, claquent, riment,sont lancés en pâture au public qui ne tarde pas à se les approprier, car la poésie n'est-elle pas  avant tout un partage?

 
Free lance Writer  
Culture   Art   Patrimoine

Noëlle-Louise Marti/ Conférences : 
- Les Trobaïritz 
- La Poésie au XXIe s. 
- Mistral et la littérature médiévale 
- Germaine de Staël
- La perception de la femme dans l’œuvre de G. Brassens
















dimanche 1 mars 2020

Cartes postales anciennes, old postcards

                                                  
Des gens des lieux
Petits rectangles cartonnés au charme désuet, les cartes postales anciennes possèdent l'art de séduire plus d'un collectionneur. Si, pour lui,  la nostalgie est au rendez-vous, elle l'est aussi pour l'historien, l'ethnologue, le photographe,  qui trouveront, là, matière à étude, et renseignements précieux.  
Pourtant, au premier coup d’œil, il semble  que ces pièces  de stand de brocante, ne soient que d'un intérêt anodin et anecdotique. Et, pour peu que l'objet en question n'ait pas été bien conservé, comportant les marques d'un temps irrespectueux (salissures, coins cornés, écriture encrée  illisible...), plus d'un éventuel acquéreur se décourage.  
Des métiers
Des moyens de transports
En France,  le succès des vide-greniers, des marchés aux puces, des marchés "à l'ancienne"(ou d'antan),est attesté et croissant. 
La foule des badauds et des curieux, aimant chiner, s'y presse et s'y empresse. Le hasard aidant, l' on peut y faire des découvertes, ou se laisser surprendre par l'inattendu, ou la "bonne affaire". Cherchant la rareté, le chaland qui passe peut alors avoir la chance de son côté, à condition... d'être patient. 
                                                               
Des costumes régionaux

 Petit, ou grand, tour des villages, des métiers, des costumes, des moyens de transports, des us et coutumes, des châteaux,  dans leur aspect du XXe siècle (et même fin du XIXe ) s'effectue ainsi à travers des piles de cartes qu'il ne faut pas hésiter à compulser, trier, choisir, acquérir, suivant son coup de cœur, ou son but de recherche, que l'on soit cartophile, marcophile, ou acheteur occasionnel.
Lieux de rencontres, de conversations, d'échanges de conseils, les salons sont en général plutôt conviviaux, ludiques, très fréquentés. Il en existe dans chaque région, et pour s'y rendre il suffit de consulter les sites éponymes qui leur sont consacrés, ou les agendas municipaux et régionaux des animations de ce type. On associe souvent à ce genre de manifestation la philatélie et la numismatique. Ainsi, monnaies et timbres se retrouvent, côte à côte, surs les étalages garnis de cartes postales. Les collectionneurs sont toujours, à juste titre,  heureux et fiers de partager leur passion. Peu envahissante,  car conservée en album  ou en boites "à chaussures", la collection de cartes anciennes permet une évasion dans le temps, la géographie, l'Histoire, et même la graphologie, la généalogie, la littérature, les archives (penser à regarder  au dos des vues!).  Car la carte possède deux côtés: le recto et le verso, dont l'un est réservé à l'illustration et l'autre à la correspondance. A l'heure ou la technologie (courriels) de communication remplace le geste auguste de l'écriture avec papier et crayon, on aurait quelque peu  tendance à railler, et  sous-estimer,  l'apport culturel de ces courriers d'un autre âge :les cartes postales anciennes. Qu'on le déplore ou le loue, il leur  reste encore pourtant de  bons souvenirs à évoquer, et de belles histoires à narrer.


Pour plus de renseignements:
- Des sites internet/
https://www.lamaisonducollectionneur.fr/blog/cartophilie-carte-postale-c5
http://cartophilia.free.fr/valcpa.htm
- Un musée sis 4 avenue Tournelli- 06600Antibes(France) /
https://museedelacartepostale.fr/estimation-rarete-cartes-postales/
- Utile /
http://www.cartes-postales-magazine.fr/ 
- Une vidéo:(salon de 2019)
http://www.cartexpo.fr/ 

 Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine
(Photos-montages: N-L. M.)










mardi 25 février 2020

Expos: en solo ou en collectif ?

Etre artiste c'est s'exposer au regard des autres. S'exposer soi-même personnellement ou  à travers sa production. Que l'on soit débutant ou confirmé il existe  toujours  un challenge  que certains, à juste titre,  perçoivent comme un risque, et puis ce questionnement légitime : 
cela va-t-il plaire, ou non,  au public, à la critique ?
Le parcours  débute inévitablement par la "première fois" : moment crucial et intimidant qui sera suivi (dans la majorité des cas) par bien d'autres,  ce qui constituera une carrière. Puis viendra le moment où le succès fera que l'on se produira en solo, car le nom, seul, suffira alors  à  évoquer une prestation (une œuvre) et fera se déplacer  le public. 
Mais si, pour quelques élus célèbres cela se limite à ce genre, pour d'autres l'alternance d'expositions en solo et en collectif permet une continuité efficace et plus assurée. 
Ce qui est vrai pour tous les arts  l'est encore plus particulièrement pour les arts plastiques, dans les galeries, les salons, les biennales...
Maintes villes proposent des rencontres avec des  productions dans les musées. D'autres se spécialisent dans des manifestations ponctuelles (à thème) ou récurrentes. 
                  *    *                          *    *                            *    *                         *     *  
                                                                   
Au rendez-vous de l'Art :
La Grande Motte: - du 22 février au 8 mars - 
En 2020, à la charnière du mois de février et de celui de mars, la ville ouvre les portes de l'espace Michèle Goalard (Capitainerie)  aux artistes plasticiens  contemporains locaux. 
 C'est une occasion  de plus pour attester que le niveau de la manifestation habituelle se bonifie avec le temps. 
L'ensemble est harmonieusement équilibré,   à la fois cohérent et éclectique. Les techniques employées, les sujets évoqués,  et les supports présents  réservent de bonnes surprises,  tant pour le connaisseur, que pour le néophyte. Le thème collectif fait appel au dépaysement par le goût du voyage, suggéré, suscité, concrétisé à travers des toiles, des acryliques, des sculptures. Formes  hyperréalistes, ou ombres estompées, attirent et retiennent le regard, provoquent la réflexion  et l'envie de poursuivre la quête émotionnelle.

Liste des exposants
Philippe Sivan, Corinne Jeanjean, Gilles Daguzan, Estelle Barbet, Nathalie Junis, Bernard Desoutter, Ute Michel, Alain Marie , Catherine Cannat, Marie-Paule Pigière, Marielle Izern 
Pour en savoir plus :
- site facebook : les artistes grand-mottois 

  voir aussi les sites personnels des artistes.


 Free lance Writer
Culture Art  Patrimoine
(photos et montages: N-L. M.)

samedi 1 février 2020

1620- 2020: Mayflower

Un navire emblématique sillonnait l'océan Atlantique il y a quatre siècles. Et dans les mémoires, parfois cinglant, ou chaloupant,   il vogue en transportant sa cargaison des souvenirs de l'Histoire.
Lors du voyage initial, au début du XVIIe siècle, fuyant les répressions religieuses,  les Pillgrims fathers étaient à bord avec leurs familles. Entreprise en  l'année 1620, leur traversée dura plusieurs mois (du 16 septembre au 11 novembre), depuis  Plymouth (South England)  à Cap Cod (Nord USA). Il fallait du courage et avoir foi en l'avenir pour tenter pareille aventure. Le Nouveau Monde était mal connu (les tentatives d'installations précédentes (1584, 1606) ayant échoué) , les lendemains : incertains,  et bien des questions étaient sans réponse.
A terre, de rudes épreuves  attendaient ces voyageurs : épidémies, faim, froid... Mais la perspective de la liberté de culte, l’opiniâtreté,  la détermination,  étaient de sérieuses motivations pour ne pas renoncer au défi qui se présentait.
Le Mayflower  est donc une histoire humaine, autant qu'une histoire d'humanité. C'était celle  des hommes, des femmes, des enfants, embarqués à son  bord et  dont beaucoup périrent  dès la première année de leur installation. Un groupement s'établit avec des règlements pour structurer l'organisation générale (quotidien, communauté, spiritualité, ...). Myles Standish,  capitaine du vaisseau y contribua avec la rédaction d'un  Contrat (The Mayflower Compact) signé par les passagers.    William Bradford fut l'un des premiers gouverneurs de l'endroit où le groupe s'implanta
La tradition  du Thanksgivings day  remonterait  à cette époque d'installation. Mais, selon certains historiens,  la dinde consommée à cette occasion pourrait avoir un goût amer .. ("separating fact from fiction")
https://www.youtube.com/watch?v=haJzFXmmroo
Une origine ancienne , une autre appellation (Turkey day ) : 
https://www.youtube.com/watch?v=sIgPzFj-o18
In memory of ... 
Trois siècles plus tard, en 1920,on n'oublie pas l'épopée du Mayflower  que  l'on concrétise par  l' édition de  monnaies et de timbres commémoratifs. Des plaques sont posées rappelant les
dates, les lieux, les noms des gens. En effet, les descendants des premiers arrivants ont tenu à manifester le devoir de mémoire. Quelques générations plus tard, si certains d'entre eux sont devenus célèbres dans le milieu artistique, ou  ont occupé des postes de responsabilité, ils tiennent à rappeler le souvenir de leurs ancêtres.
                                                                   

La descendance
De cartes anciennes, en manuscrits, et actes d'état civil,   les recherches généalogiques connaissent un grand succès depuis quelques décennies. De nombreuses associations ont été créées, regroupant des adhérents passionnés,  remontant allègrement le cours du temps grâce à des investigations très pertinentes, et des lectures d'actes anciens .  Chacun s'interroge sur des origines, une parenté, des lieux de naissance, ou  de vie, et même sur un patrimoine plus ou moins légitime. Le grand usage de l'informatique permet des contacts avec le reste du monde, on peut donc , de chez soi, aisément communiquer avec des services spécialisés ou  avoir accès à des documents familiaux détenus par des parents éloignés (dans les 2 sens du terme). 
                                                       

Ainsi,  de l'auteure Laura Ingalls Wilder aux actrices  Marylin Monroe, Raquel Welch, de Richard Gere à Orson Welles, ou du président Roosevelt, les aïeux du Mayflower ont laissé  une brillante descendance.(liste succincte non exhaustive).

Pour en savoir plus,  quelques ouvrages:
- Nathaniel Philbrick :"Le Mayflower : l'odyssée des Pères Pèlerins et la naissance de l'Amérique"
- Ernest Gebler: " Le voyage du Mayflower"
- Rebecca Fraser:" The Mayflower, the families, the voyage, and the founding of America"
- Caleb H. Johnson : " The Mayflower and her passengers"


 Il y a 45 ans ... en musique,  à Paris ...
Une belle  aventure  artistique en 1975  : 
"Mayflower "comédie musicale : d'Eric Charden et Guy Bontempelli
https://www.youtube.com/watch?v=44v3O3mJtPI




Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine

samedi 11 janvier 2020

Beethoven 250

1770-2020 : Ludwig sera donc  fêté tout au long de cette bissextile année. Monument de la musique classique pré-romantique, l’œuvre de l'incontournable Beethoven, va se rappeler à nos mémoires (de mélomanes.  de néophytes, d'amateurs éclairés ou non). 
"Fidelio" ( final chorus sous la  direction Seiji Ozawa) : 
https://www.youtube.com/watch?v=ehTJHtbizIY
On pourrait penser que l'on a déjà tout dit, tout entendu, tout découvert... que nenni ! Le compositeur pianiste/organiste allemand n'en finit pas de se révéler, de se  livrer,  aux mains des interprètes, aux recherches des musicologues, aux élèves des Conservatoires, et aux oreilles des auditeurs.  Outre le trio des hits :  "La Ve symphonie ", "La lettre à Elise",  et "L'Ode à la joie" ( Hymne final de la IXe symphonie), il y a tant d'autres pièces musicales laissées à la postérité, que cela mérite d'approfondir l'étude du sujet.
                         
                                            
 De Bonn (lieu de sa naissance en 1770)  à Vienne (Wien, ville où il décéda en 1827),  sa vie fut consacrée à la musique dont il a exploité les multiples déclinaisons : piano, cordes, voix, orchestre...
- "Bagatelles", , sous les doigts de Sergey Kuznetsov:
https://www.youtube.com/watch?v=rlg8dK77bcQ&list=RDhpQBbomOMj0&index=2
On retrouve cette pluralité éclectique dans  la production :  musique de chambre, de scène, symphonique, des Lieder  ...  (32 sonates, 9 symphonies)
La surdité (complète dès 1808)  fut le drame de sa vie professionnelle, et de sa vie personnelle. On a souvent attribué à son infirmité, un   caractère ombrageux, emporté, exigeant, et passionné.  Le testament d'Heiligenstadt (daté de 1802/ Beethoven est alors âgé de 32 ans) ) est d'une poignante lucidité. 
https://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1995x029x0/HSMx1995x029x003x0271.pdf 
 Son abondante  correspondance a laissé maints témoignages de sa vie privée. De remarquables lettres d'amour la constituent ,  mais,  aussi, des missives qui font souvent  état d'une santé défaillante qui taraude son corps,  et, à ce propos,  il déclare "payer cher ce tribut à la nature".










La mort de Beethoven a laissé perplexe le monde médical, jusqu'à ces dernières années où des investigations scientifiques poussées ont amené quelques solides hypothèses.
Très intéressante conférence de Jean-Louis Michaux , professeur émérite d'hématologie / Université catholique de Louvain (Belgique- avril 2016)  :
https://www.youtube.com/watch?v=xl6B5St5Qk0
La commémoration de l'année de  naissance du musicien allemand, est l'occasion de publications (dont une intégrale de Beethoven coffret édité par la Deutsche Grammophon)
multiples mais aussi de remises en lumière de créations antérieures: livres, films,  DVD,  CD
Quelques films (biographies) :
- Un  grand amour de Beethoven (Abel Gance /1937)
- Ludwig van B. (1994)
- Beethoven's eroica (BBC/ 2003)
- Copying Beethoven (2006)  
- Beethoven l'éternel (2018)
En musique contemporaine, en 1956,  c'est Chuck Berry qui swingue sur le thème avec son hit classé:  "Roll over Beethoven". Le titre est repris par les Beatles (1962),  puis par le groupe  Electric Light Orchestra (ELO) en 1973.
- En 1985 Deep purple  propose une adaptation personnalisée de l'Ode à la joie (An die Freude) lors d'un concert.
Et en 1969 le groupe de rock progressif néerlandais Ekseption  triomphe sur les ondes avec sa version de  la Ve symphonie de Beethoven (The Fifth). 
Mais, un demi-siècle plus tard, commémoration oblige,  l'on retrouvera également, tout au long de l'année 2020,  en maints pays : des concerts, des conférences, des festivals:
https://www.auditori.cat/ca/festival-beethoven-250
Nul doute que chacun aura l'opportunité en cette année 2020, de satisfaire sa curiosité, son plaisir de l'écoute, de la lecture, dans la découverte ou la redécouverte de l'homme et de l’œuvre.
"...Beethoven a embrassé l'univers avec la puissance de son esprit..." F-F. Chopin
"..Vous avez une source inépuisable d'inspirations..;" J. Haydn
"...Il fera parler de lui .." W-A. Mozart (devant qui Beethoven, adolescent,  a joué)

Extrait du concerto(N° 5- op 73) dit "de l'empereur" par Selim Mazari, en 2018 :
https://www.youtube.com/watch?v=3HgZ5eqrLxw



Free lance Writer                            
Culture Art   Patrimoine