vendredi 13 septembre 2019

Modernité de l'Art ancestral

En art, on  incline à aimer les clivages. même si la tendance actuelle est à l'ouverture et à la circulation trans-temporelle des courants artistiques. On catalogue, on répertorie, on classe en catégories. Pourtant une observation plus précise et objective peut amener à des constatations quelque peu déroutantes. Ainsi est-on  surpris du caractère contemporain de certaines œuvres datant de plusieurs centaines d'années  (si ce n'est de millénaires). De nombreux  questionnements émergent.  L'on s'interroge alors sur le modus faciendi , la mode artistique de la période, la façon, le traitement du sujet, la facture, la localisation, la durée de l'expression dans ladite période... Art pariétal épuré, sculpture zoomorphe ou anthropomorphe, les figurations ont franchi les siècles pour venir jusqu'à nous dans leur état initial simple et dépouillé. Derrière leur vitrine de musée, dans les salles des ventes, ou les collections privées, elles attestent d'un savoir-faire inné, souvent ponctuel, spontané, ne relevant pas d'une "école", ou de l'enseignement d'un maître. Les fouilles archéologiques ont remis à jour les plus anciennes qui étaient enfouies dans les strates de l'histoire des civilisations, sur les sites prestigieux en ruine, parfois oubliés depuis longtemps et redécouverts grâce à d'opiniâtres recherches .
A lire sur ce même blog
" L'art de nos origines, les origines de l'art ...."  :
  Quelques exemples (non exhaustifs) donnent ici une idée de la modernité de l'art ancestral. 
Issue de la civilisation Minoenne, de l'art Cycladique, ou de celui du Moyen-Orient, la production artistique est un fort marqueur d'époque. Il en est de même pour celle des autres continents :  l'Amérique pré-colombienne,  l'Afrique,  l'Asie...
Pierre brute, terre cuite, métal précieux ou ordinaire, chaque matériau  permet une exploitation particulière  du sujet. Le talent de l'homme, par sa main d'artiste va façonner l’œuvre  sans forcément songer à ce qu'elle lui survive et puisse traverser les siècles. Ex-voto, ustensile ménager, objet décoratif, cadeau symbolique, la sculpture se décline.
Anonyme artisan du quotidien, ou artiste renommé reconnu, ce qui importe c'est le  mouvement créatif, l'expression initiale. Certes, il est, et il a été, aussi question de commande précise pour une exécution à caractère unique et non en nombre. Pourquoi faire du beau même dans l'utilitaire ? La question en elle-même  serait  une négation de la création spontanée.
Tracé, proportions, posture, mouvement, rapport à l'espace, volume,  tout ce qui donne un rendu expressif est déjà présent dans les premières figurations. S'interroger sur les prémices de l'Art, de la genèse de l'acte créatif, c'est chercher à comprendre l'énergie , la motivation qui inspirent l'esprit de l'artiste.
                                                         

Pourtant l'on reconnaît que l'émotion suscitée par la vue d'une œuvre est  à prendre en compte avant l'analyse stylistique technique. L'art est-il seulement une question d'émotion ? La réponse n'est pas généraliste, mais  individuelle, selon le ressenti de chacun et selon ses propres références. Certes l'on peut briller en société en se donnant un air "entendu" de connaisseur, en étalant ses connaissances par des comparatifs savants, ciblés. Mais les mots simples traduisant le premier impact sensoriel ( la vue, le toucher pour une sculpture, l'ouïe pour une pièce musicale...) peuvent être autant expressifs et révélateurs d'une sensibilité particulière.
 Et l'on peut se demander, de façon un peu provocatrice:
 L'art contemporain n'est-il donc qu'affaire de datation ?      

A suivre :
https://www.art3f.fr/index.php/fr/paris
A visiter: 
Musée F. Pompon :
place du Dr Roclore
21210- Saulieu
03 80 64 19 51


 Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine 




mercredi 4 septembre 2019

Fireworks, Feuerwerk, feux d'artifice


Eclairant les cieux de leurs fusées multicolores, les feux d'artifice offrent des bouquets lumineux aux regards des badauds admiratifs. Faisant fi des inévitables manifestations sonores de ces démonstrations, les spectateurs en redemandent, accourant avec enthousiasme, et en nombre, dans les lieux où se déroulent les festivités.  Il n'y a pas de saison précise pour satisfaire cet engouement.
Si les estivaux sont plus courants, il  existe aussi  d'autres versions qui ont autant de succès ( l'un des plus célèbre est celui de Sydney ( Australie) tiré  pour le Nouvel An) .
Quelques suggestions:
Festival pyro-mélodique Grand-Mottois : "Les nuits d'or" -Programme été 2019
https://www.lagrandemotte.com/les-nuits-dor-2019/ 
En images, un final: 
https://www.facebook.com/lagrandemotte/videos/507903816335455/ 

                                             

 Très appréciés également, en France ,  ceux de:
Carcassonne ( embrasement de la Cité)
- Versailles  (le triomphe de Neptune,  les grandes eaux nocturnes, et les fameux "plaisirs de l'Isle enchantée "(1664))
http://www.chateauversailles.fr/decouvrir/histoire/grandes-dates/fetes-plaisirs-ile-enchantee
- Annecy (sur le lac éponyme)
- Paris ( la Tour Eiffel)
Quelques exemples sur d'autres continents :
- Sydney (pour le nouvel an) - Australie
- London ( Big Ben)
- Hong-Kong (Victoria Bay)
- Berlin ( Brandenburger Tor)
- Rio de Janeiro ( Playa de Copacabana)
....
Marque d'un certain standing, à cause de son  coût,  le feu d'artifice a souvent été l'apanage de soirées ou d'événements royaux avant de devenir le spectacle populaire que l'on connaît depuis le XIXe s. Versailles, Vaux-le-Vicomte  s'illustrèrent par leurs animations "explosives" mémorables, où si certains étaient à la fête, d'autres s'échinaient et payaient le prix fort pour satisfaire  les plaisirs de la cour  (voir les extraits du film:  Vatel) . Sous le règne de Louis XV,  une grande famille d'artificier œuvre  déjà : les Ruggieri.

Issu de la technologie orientale (poudre noire) , on attribue l'origine des premières fusées à la Chine et l'importation en Europe à Marco Polo .  La pyrotechnie a pu évoluer au cours des siècles grâce  au concours de la chimie qui a fait à partir d' explosifs déflagrants des gerbes multicolores et multiformes dont l'usage et la mode se sont rapidement répandus. Chaque année apporte son lot d'inventions qui visent à étonner un public toujours aussi avide de sensations et de nouveautés. Comme le traduit l'expression (au  sens propre) "en voir de toutes les couleurs'"...
Toujours susceptibles de causer des dégâts ou des victimes (lorsque  l'opération n'est pas effectuée dans les conditions idoines (météo, distance à respecter,...),  les tirs de feux d'artifice sont soumis à une règlementation et aux consignes de sécurité habituelles. Il est donc risqué et déconseillé d'en effectuer  un soi-même dans son jardin.  
 Mais l'on peut se laisser charmer par les illuminations des  nuits estivales lorsque l'on a l'opportunité d'assister à de flamboyantes démonstrations pyrotechniques. 
Musique G.F. Haendel:
https://www.youtube.com/watch?v=fNqJ8mED1VE

mercredi 17 juillet 2019

Précieux patrimoine environnemental particulier

                                                   
 C'est un bestiaire qui se manifeste au fil des saisons, ou qui est présent toute l'année.
 Cigales de Provence, taureaux et chevaux de Camargue, coqs de fermes, rainettes des mares, crapauds  des marais, chouettes, grillons ... : tous ont une antériorité sur leurs territoires respectifs et font partie de l'environnement champêtre en participant à l'indispensable équilibre rural...
Pourtant des détracteurs, citadins mal informés,  les jugent nuisibles, dérangeants, déplacés, demandant leur  destruction, allant de pétitions jusqu'au procès.
Mais il existe aussi tout un peuple animalier urbain qui colonise une végétation indispensable  pour rendre possible la vie en milieu bétonné,  occupé par des bâtiments d'habitations et de bureaux. Ainsi moineaux, tourterelles, pies, mésanges, rossignols, rouge-gorges, étourneaux, rouge-queues, martinets, écureuils, sont bien actifs dans les agglomérations. Leur présence est avérée, et accrue de maintes autres espèces, puisqu'aux portes des villes, selon les régions et les saisons,  s'avancent renards, sangliers, rongeurs, sans compter les volatiles de passage : guêpiers d'Europe, huppes...  
Que ce soit pour communiquer, ou pour exprimer un besoin, les animaux, comme les humains, ont leur langage:
Les batraciens : ils coassent
Les équidés: ils hennissent
Les gallinacées: ils caquettent
Les cigales: elles stridulent                           
Les taureaux : ils mugissent
Les grillons: ils grésillent
Les tourterelles : elles roucoulent
Les moineaux : ils piaillent
 Pour en savoir davantage : (vocabulaire utile en culture générale (zoologie, sciences de  la terre), dans les jeux de société (quiz),  ou pour épater l'entourage...)
https://www.animaux-nature.com/liste-cri.php 
 Pour les enfants :
https://education.francetv.fr/matiere/decouverte-des-sciences/ce1/video/les-cris-des-animaux-dis-moi-dimitri
D'après la réaction de certains édiles ira-t-on vers un classement (ou une reconnaissance, et une inscription) du patrimoine rural à l'Unesco ??
Il est utile de rappeler ...
D'une part :s'installer dans une région nécessite de s'informer sur maints secteurs,  dont l'environnement local. En terme de nuisance, on ne peut estimer que des animaux présents depuis des siècles, par nature ou par tradition, doivent être muselés (détruits?), pour satisfaire des occupants récents, peu renseignés sur les us et coutumes anciennes établies, perpétuées  dans un secteur dont c'est le modus vivendi, le patrimoine régional.  
D'autre part : il ne faut pas nier ou sous-estimer les désagréments (dégâts) causés par certaines espèces (multiples déjections, cris intempestifs à toute heure, destruction de structures, et même,  parfois, agressivité envers l'humain).
 L'ursidé et le Canis lupus revenant sur les terres forestières font, avec raison,  largement débat...
On peut réfléchir,  légiférer, discuter, proposer des solutions, pour tenter une cohabitation qui  pourrait tendre vers l'harmonie. Cela passerait-il par:
-  un équilibre, une meilleure connaissance du monde animal, de ses habitudes, de ses adaptations parfois forcées par une mutation du mode de vie et un environnement  hostile ?
- une délimitation de territoires respectifs où chacun évoluerait sans créer de problèmes?
- un compromis entre espèces menacées et possibilités de vivre sereinement ?
- une consultation des documents d'archives pour établir un historique fiable et servant de référent ?
- un choix délibéré de lieu de résidence, en tenant compte ( et en acceptation) du contexte ?
"Lupus auribus tenere"....

Free lance Writer
Culture  Art  Patrimoine    








samedi 6 juillet 2019

Une exception architecturale Languedocienne :

Le château de Marsillargues (ou Château de Guillaume de Nogaret)
Près de Lunel,  est sis ce  bâtiment, mal connu des grands circuits touristiques. C'est pourtant un bâti intéressant, d'un volume conséquent, et d'une architecture   assez représentative de celle du style Renaissance. Pourtant, le château a une longue histoire, se déroulant sur huit siècles. 
En entrant par la grande grille, du côté du boulevard de circulade ombragé de platanes (Bvd G. Péri),    on pénètre dans le parc, et l'on peut déjà admirer  la disposition en U renversé des trois corps principaux du château : les deux ailes latérales (Nord et Sud) et la grande orangerie (avec mascarons, et blason bûché en façade)  qui ferme la perspective. 
Une vaste cour (dite "d'honneur", mais qui fut petit  jardin d'ahgrément)  est séparée du parc par les quelques degrés d'un large escalier relativement contemporain. Sur la gauche, dominant la structure, l'on aperçoit le donjon carré, orné de moulures, ponctué par une tourelle. (cf celle de la Tour Carbonnière- St Laurent d'Aigouze).   L'ensemble ne manque pas d'allure. Ce n'est pourtant qu'un aperçu de l'espace  total. Pour en avoir une idée plus exacte,  il faut compter avec la cour de service, celle du donjon, les communs, l'écurie et sa cour, l'aile XVIIIe s et sa cour, la chapelle, la petite orangerie, le salon, avec son buffet d'eau, (en réplique :le couloir et sa fontaine), des calades, une geôle ... Des plans sont visibles dans l'une des salles du musée P. Pastre (visitable et sis in situ).   Mais l'un des aspects les plus étonnants du château, outre ses dimensions, ce sont les façades, car elles sont très imagées, et "parlantes". Il existe, en Languedoc, d'autres exemples de ce style de bâtiment (des châteaux : Uzès, Vallabrix, Villevieille... des hôtels particuliers: à Nîmes, Montpellier, Millau.. ) mais, même s'ils possèdent tous de très belles ornementations,  aucun d'entre eux n'exhibe  cette particularité remarquable. Il faut également préciser que le château de G. de Nogaret est le plus grand, le plus imposant de la région Languedocienne. On a  rattaché la décoration de ses façades au style italien, au style languedocien, mais l'on y reconnaît surtout plusieurs influences et plusieurs époques (non superposées mais mises en harmonie). Ces façades se "lisent". Leur message est  codé , symbolique, mais accessible à qui sait y regarder, avec suffisamment d'attention, les multiples indices livrés et inscrits  sur la pierre (et pas uniquement des "emblèmes" comme l'on dit  souvent, trop vite et  à tort). La "lecture" se fait en référence à l'Antiquité, à la mythologie, à une partie de la  chronologie des souverains de France, à des lieux attachés à l'évocation personnelle de G. de Nogaret

Car, outre l'histoire du monument, le château révèle le récit d'une
famille : celle de G. de Nogaret (1285-1313),  de ses descendants, au fil des alliances (attestées par de nombreux blasons: qui sont autant de précieux témoins héraldiques), et des siècles.  Passionnante narration, avec ses personnages célèbres qui y ont séjourné, ses hauts faits, ses multiples anecdotes... Si le château a été offert par Philippe IV le Bel, au début du XIVe s., c'est qu'il existait déjà. Donc, l'on peut estimer que ce bâtiment a une origine plus ancienne  que ce que l'on croit.  
(NB:on lit sur le Net, au sujet du château et de G. de Nogaret, de nombreux articles  à la narration fantaisiste, aux interprétations et  datations fausses)  
D'autres sites régionaux sont liés directement à Marsillargues: Aujargues, Calvisson, Lunel, Manduel....
Lorsque l'on aborde,  en Histoire, des recherches sur certains sujets, on  sait que tous les manuscrits ne sont pas à disposition, et, pour ceux qui sont accessibles, leur consultation est délicate, non aisée. Certaines   demeures seigneuriales ayant  connu les incendies, les pillages, la dispersion par héritage ou vente, maints documents ont été égarés, fortement endommagés, ou  détruits. Certains sont même falsifiés.

Néanmoins, grâce aux importants travaux menés par d'éminents  médiévistes,  quelques publications spécialisées  relatent, de façon fiable, une partie de la vie professionnelle du garde du Scel royal: G. de Nogaret. Or, si les documents des AD de l'Hérault, ceux des AD du Gard  recèlent quelques renseignements, utiles  pour une étude sérieuse, il faut aussi consulter les Archives Nationales, et ne pas oublier que quelques  textes  privés  existent encore.
Bien immobilier inestimable, le château (classé MH 1995) n'en finit pas de livrer des surprises. Telle une palette aux multiples teintes, il garde en ses murs, et sur ses murs, des éléments représentatifs de chaque époque. Le monument se livrera alors, peut-être, au visiteur qui prendra la peine de s'y attarder suffisamment, et à celui qui sera prêt à écouter le récit de son histoire ...   

 A voir aussi , in situ:
Le musée Paul Pastre (Arts et traditions populaires)
cf: site internet éponyme 



(Courts extraits de la conférence de N-L. Marti-G.
donnée au château de Marsillargues le 19-6-2008-
all rights reserved ©)

Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine                                                                  

mardi 2 juillet 2019

Canicule: Cuando calienta el sol..


Après plusieurs épisodes dans l'histoire de l'humanité en Europe, la xérothermie est de retour en cette année 2019.  Il faut rappeler que les siècles précédents ont connu également ce genre de phénomène plutôt difficile à vivre ( et dangereux pour les personnes fragiles : enfants, personnes âgées). On se souvient néanmoins de périodes estivales précédentes (dans les années 50-70, au XXe siècle),  éprouvantes, mais sans médiatisation, sans (sur)information, où l'on cherchait "l'air et l'eau" pour mieux respirer et être plus confortable. La climatisation n'était pas encore de mise, les réfrigérateurs n'étaient pas présents dans tous les foyers, et, la nuit venue, l'on sortait sa chaise  sur le devant de porte, pour tenter de trouver (enfin !) un peu de fraîcheur, en devisant avec les voisins.
A la radio, Los Machucambos chantaient :
https://www.youtube.com/watch?v=OlGDHuwmAo0
Chaque époque a connu quelques étés  particulièrement arides  à  travers les siècles:
 (liste non exhaustive des années concernées)
1383- 1540- 1545- 1757-1778- 1911 (40 000 morts dont 29 000 enfants) -1947-1976-1983-2003...
Canis major
Les désagréments provoqués se réitèrent à chaque vague de chaleur intense : sècheresse extrême, nombreuses  victimes (individus, bétail), prix élevés (céréales), disettes, cours d'eau à sec, incendies,.. . Les conséquences économiques et les perturbations du quotidien viennent ponctuer ces divers  épisodes de canicule.
Canicula (κύων):  une étoile très brillante  de la Constellation du grand Chien ..
A voir : son importance, son impact dans le quotidien   pour les civilisations de l'Antiquité (Romains, Grecs, Egyptiens) alors que les actes et le rythme de vie des hommes étaient calés sur le partage du temps, la nature, les éléments, l'environnement. Depuis ces temps anciens l'on n'a cessé de vouloir influer sur les  cours de la nature. Ainsi au XXIe s., les productions liées à la consommation, les méthodes de  conservation,  et le développement du commerce  international, permettent aux consommateurs d'ignorer pratiquement les saisons, en trouvant sur le marché tout au long de l'année divers produits ( légumes, fruits, poissons, viande..).   
A lire: les écrits de Varron, de Pline l'Ancien  
                                                   A consulter :
réf/
- E. Leroy-Ladurie "Histoire humaine et comparée  du climat "(3 tomes parutions 2004-2006-2008)
- C.F. Ramuz "Présence de la mort"  (1922)
- L. Romejko " Météo 2050" (2019)
- A. Claybourne " Les phénomènes climatiques" (presse enfantine)
- L. Cabrol " Et si la terre s'en sortait seule ?" (2008)


Un mauvais couple : canicule /pollution. 
Les émissions de gaz à effet de serre prennent une dimension inquiétante et dangereuse avec la canicule. Plusieurs villes industrielles ou mégapoles passent en alerte "zone rouge" (air difficilement respirable). On peut même observer la formation d'une sorte de brume opaque au-dessus des centres urbains.Les consignes de sécurité et de vigilance sont alors, plus que jamais,  à respecter.
  Les pièces de fraîcheur / Architecture Renaissance
Ces lieux au décor de  style  rocaille, avec  bassin ou fontaine, sis dans un parc, accueillaient les propriétaires et leurs hôtes pour passer des moments conviviaux, dans la journée ou en soirée,  lors des grandes chaleurs estivales.  Ces espaces variaient en importance. Ils avaient un grand succès, et, outre un certain courant de mode, ils avaient toute leur utilité.

Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine    






lundi 1 juillet 2019

Femmes et foot

 Trop longtemps considéré comme un domaine exclusivement masculin, le sport toutes catégories fait la part belle aux femmes,  en ce début de XXIe siècle.  Phénomène de mode, air du temps,  ou évolution positive des Us et Coutumes, le fait est avéré, reconnu, et même encensé. Au nom de la parité l'on a tenu bien des propos en maints milieux, en ayant souvent du mal à passer à la concrétisation. Or, loin de saper un patriarcat millénaire et soucieux de son image, le féminisme ambiant n'est ni revanchard, ni contestataire, mais il a soif et besoin de reconnaissance. 
Femmes tues, oubliées, celées,  méprisées et pire .., elles ont pris des galons, de l'assurance, de l'autorité, des décisions, des responsabilités,  en s'assumant et en  faisant éclater un carcan pourtant bien vissé. Or, à y regarder de près , certaines d'entre elles ont essayé (et la plupart ont réussi) ,  tout au long de l'histoire, de s'illustrer, et de se distinguer avec succès  dans des sphères où l'on ne les attendait pas. Même si on les pistait au tournant, supposant et anticipant un échec qui ne pouvait pas manquer d'être au rendez-vous.
" Une femme !" l'expression exclamative et railleuse,  en disait  et en dit, elle-même,  plus que ces deux seuls mots.
A lire également sur ce même blog: 
- Elles aussi .. 
http://international-culture-blog.blogspot.com/2015/12/elles-aussi.html 
- Femmes, Women, Frauen...
http://international-culture-blog.blogspot.com/2012/03/femmes-women-frauen-mujeres-donne.html 
- Football: du jeu au sport
http://international-culture-blog.blogspot.com/2018/07/football-du-jeu-au-sport.html
                                     

 S'il est un archétype du thème,  de prédilection,  masculin, c'est indubitablement le football.
En 2019 les femmes jouent,  et plutôt pas mal. Les diverses sélections internationales  prouvent l'intérêt soutenu, le haut niveau, l'implication déterminée de chaque équipe féminine pour les pays  participant à la coupe. Phénomène sportif, drainant son lot habituel de supporters, d'explosions de joie (ou de dépit), le football féminin a trouvé son public, sa place, dans les médias qui relaient les matches. Derrière le jeu, ce sont  les enjeux, un certain esprit, la technique, les stratégies, tout ce qui donne de la force et de l'impact à la manifestation.

                                                         

Les pionnières méritantes (Michèle Wolf, Michèle Monier - (Mexico: août- septembre 1971) Campeonato de Fútbol Femenil- non reconnue par la fédération internationale de football )  ont œuvré en des temps où la critique, les quolibets fusaient bien plus que les félicitations, les encouragements, la compréhension. Mais l'idée a fait son chemin, les mentalités, les modes ont évolué.. 
Pour en sourire, s'offusquer,  ou réfléchir ... 

Free lance Writer
Culture   Art   Patrimoine 



  

samedi 15 juin 2019

La Palme de Cannes

Cannes et son légendaire  festival, en cette année 2019, ont décerné une palme d'honneur à la carrière d'Alain Delon..
Fauve taiseux, mystérieux,  au regard magnétique, l'acteur, bouleversé, ayant reçu la palme d'or des mains de sa fille Anouchka,  a répondu par une déclaration aussi lucide qu'émouvante, saluée  par une salve d'applaudissements nourris. Le parterre était partagé entre émotion et bonheur.
Palmarès étonnant dans la durée,  lors d'un parcours où la star a travaillé avec les plus grands metteurs en scène de l'époque. Homme de carrure, d'envergure, de forte personnalité, Alain Delon dans chacun des films interprété, entrait dans le personnage en y apportant le poids d'un jeu particulier dans la justesse, la sobriété, ce que seule une présence remarquable permet de faire.
Le ton, le geste, la prestance, ou la roublardise, la naïveté, l'insolence, le détachement ou la détermination, l'autorité ou le cynisme :chaque rôle était une composition  à la mesure de son talent.                                                                 
Moins présent sur les plateaux, l'acteur, non exempt d'humour, ayant le courage des marques de l'âge (sans chirurgie esthétique), a un regard sans détour sur sa filmographie, et sur ses partenaires.
Monstre sacré, sex symbol, il a donné la réplique à d'autres noms célèbres  du grand écran  (R. Schneider, A. Girardot, S. Signoret, C. Cardinale, M. Darc, R. Burton, J-P.  Belmondo, J.Gabin, C. Jürgens, Ch. Vanel, K. Blinski, L. Ventura, A. Bourvil, Y. Montand...) .Alain Delon aime entreprendre, se lancer de nouveaux défis.  Il a ainsi été  également un réalisateur, un producteur, un acteur de théâtre, de téléfilm, un chanteur.. Vivant ses passions en les concrétisant, il évolue avec succès dans le milieu hippique, celui de la boxe, des collections d’œuvres d'art, des créations de produits de luxe... 
On le dit:  charismatique, intemporel, ayant une notoriété planétaire, toujours pris en référence en image (sujet de publicité, musique,théâtre, manga...) mais le "Samouraï du printemps" qui a connu le plein soleil de la gloire, sans éclipse, reste  un insoumis, héros d'histoires extraordinaires et d'amours célèbres.
Cannes a donc vibré en cette année 2019, comme les précédentes. avec son lot de discussions, de prix décernés, de désaccords, de défilés de tenues (parfois inattendues et improbables) sur tapis rouge, de ruées de badauds venus tenter d'apercevoir ( de photographier) leurs idoles gravissant les marches du mythique Palais des festivals. Il est vrai que l'engouement peut se justifier par la grande popularité d'une  manifestation au retentissement mondial. Le crépitement impressionnant des appareils des paparazzi en témoigne. 
A lire sur ce même blog 2 articles :
 https://international-culture-blog.blogspot.com/2012/05/un-certain-regard-sur-la-croisette.html?m=1

http://international-culture-blog.blogspot.com/2014/05/con-lo-sguardo-di-marcello.html
La  72e édition  s'est déroulée, du 14 au 25 mai, sous la présidence de Charlotte Gainsbourg et Javier Bardem, la présentation était assurée par Edouard Baer et le jury était présidé par  Alejandro González Iñárritu. 
Pour en savoir plus : 
https://www.festival-cannes.com/fr/

Free lance Writer
Culture  Art  Patrimoine